Sommaire

NINIE
Texte: Gilbert SALEN - Illustrations: Yves DAUTIER

 

Version Provençale
Heureux les pauvres en esprit, le Royaume des Cieux leur appartient.
E ben, veses, dins aqueli paraulo, meme per un bon crestian, n'ia per vous faire veni la lagno.

Car enfin imaginas un pòu aqueu qu'a la crespino de veni sus questo terro emé li costo en long, lou caratero me la cervello d'un auceu, que de sa vido durant, n'en foute pas uno mietto, que passo lou plus clar de soun temps a vostreja, a pepiuta, Segur a m'aco d'ague la bonno plaço lou jour d'òu grand vouiage, laisso is autre lou soin de se derraba la peu d'òu ventre me de se faire de marit sang.
E mounco tu, pauvre mesquin, qu'aco es pas dins toun caratero, e ben ten te gaillard a travaio boufigo !
Ainsi un jour, lou Creatour mete sus terro uno pichouno fiho. La bate jeron Léonie. Mai, per errour de segur, li donné l'amo eme l'esperi d'uno cardarinetto.
Pendent nòu o des an, degun s'en avisé. Mai uno cardarino' aco ven jamai gros. Es en la vesent grandi que lou creatour s'avise de soun errour. Alors, vengué, li pausé la man sus la testo, e mounco d'aqueu jour, Léonie creisse plus.
Cinquant'an plus tard, Ninie ero devengudo uno pichouno vieio. Mai une vieio pas coumo lis autre, puisqu'ero encaro uno pichouno fiho. Si gauto eron restado rose e poupino e si peu blound eron devengu blanc, rar e vapourous.
Ninie se vestissie jamai de negre coumo li vieio de soun temps.
Ah pas mai ! Amavo mies pourta li coutilhoun a flour de quand ero fiho.
L'iarivavo de se bouta i ped un pareu de bottino, de longui bottino em'uno ribambelle de boutoun de nacre que l'iescaladavon li bouteu. Ainsin atifado, s'en anavo, sautejanto e gaietto coumo un pimparin.
Ninie restavo dins un galant oustan, en controbas de la plaço dis escolo. Soun oustalet, me sa banqueto e soun autino s'abadaiàvo sus un jardin.
Dins aqueu jardin Ninie li passavo lou plus clar de soun temps. Tavanejavo de longo senso jamai ren caviha ni derraba.
Ninie se countentavo de bada li miraviho que dono naturo daignavo li pourgui. Tocavo jamai ren, car per elo, la plus umble di flour, la plus moudesto di margaridetto espelissent dins une tepo de margau avie a sis uei, autant de charme e de beuta que la plus noble e la plus preciouso di flour.
Quand dins soun jardinet, li rouelle espandissien Ninie ero is ange.
Touti lis an, au mes de mai le triho davans l'oustau, se curbissie de flour d'un jour. Fasie de longui flour rouge en forme de cournet mai que duravon qu'un souleu.
Quand soun autino flourissie Ninie se despachavo de culi quauqui flour per lis ana distribui'uno a cha uno dins lis oustau tout a l'entour.
Un jour, quanqu'un li digue :
"Mai Ninie, ti flour se n'en fasies un bouquet, aco sarie mies présentable".
"De segur qu'as pas tor. Mai se n'en fau un bouquet farai plesi qu'a uno solo persouno. Qu'en li baiànt uno a, cha uno, n'aurai per touti, e farai pas d'envejous. Es mies ensin".
E mounco Ninie venie à l'oustau per vous adure uno flour e m'un brigoun de soun gentun en vous fasent forso risetto.
Quand avie acaba sa tournado, anavo traire la flour que li restavo, uno flour passablamen amalugado et que toumbavo si fuioun a sa vesino Zoé qu'amavo pas per sa lengo de vispro.
Souleto dins soun oustau, Ninie ero paureto.
Es a se demanda deque vivie Ninie. 0 ! De pas grand causo segur. Mai uno cardarino, que li fau tant per vieure.




Atubavo sa chemineio me quauqui fuio de platano que recampavo sus lou cous.
Au cousta de sa chemineio, l'ivie quauqui mouceu de bos que brulavo jamai.
"Aqueu bos, veses, lou bruli pas, perque ero moun Paire que me l'avie coupa."
E mounco de caire de sa cheminieo, avie, ben aliscado dins uno canestello, quauqui busco, qu'espaussavo de temps a autre e qu'eron aqui desempiei vingt e cinq o trento an.
Pious souvenir Toujour per espragna, Ninie se fabricavo si faudau eme de telo de parapluie que rebaiavo a drecho a gaucho. Un pau faroto en lis enlissant de la man, vous venie coum'aco.
"Aqui veses, l'aigo passo pas."
E quand si raubo, que tirassavo despiei d'anado eme d'anodo, badaiàvon d'enpau pertout, Ninie s'enfarinavo pas. Se metie un faudau per davans, un autre de per darrie. Aco tapo aco, e mounco ma bello l'ianavo...Pinta.
Li jour d'escolo, en esperant que lou pourtau fuguesse dubert, li drole jugavon sus la placo.
Souventi fes Ninie venie juga e m'eli. Mai pauretto, Ninie de ben co, s'agantavo la plaço d'ôu souffro doulour.

Un jour de printemps, un jour de mars ounte lou mistrau, un mistralas esfoulissent couchaco aqui n'aut dins lou ceu quauqui gros flot de lano que fugissien, espavourdi, Ninie s'ero assetado au calan de sa muraio. E mounco aqui, ben acagnardado, fuietavo dins un libre d'image.
Mai aqueu jour, un marit drole, gaire plus gros qu'un esquiriou, que jugado sus la plaço ague l'ideo miravihouso de li pissa sus la testo, per dessus lou parapet e au traves d'ou griage que difusavo uno pluietto fino coumo uno poumello d'arrousadou.
Eron uno regaiado a baneja dessus la peirabando per proufita de l'espetacle. N'agueron pas de regret. Ninie iè fagué uno desclaracioun, mai uno desclaracioun coumo elo souletto li sabie faire.
Jité un regard espamta aqui n'aut dins aqueu grand ceu blu, e piei digué tout aut.
"A par eisemple ! Aquest'an lou mes de mars nous fara mai tout veire. Vuei, ploù senso nivo."
Ninie amavo ben juga a la mareflo. Se sarie estrampalado jusqu'a la fin di temps, se un jour, uno pichouno fiho e m'aquelo maridarie inoucento de soun iage, l'ivie pessuga lou quieu en li disent m'uno lengo pounchudo.
"Non, te voulen plus tu, sies trop vieio."
Tro vieio, Ninie ?! Mai jamai de la vido. Quand fau sounja que devié ague prochi de setento an, lou jour qu'ague l'envejo mai uno envejo demasiado de croumpa uno troutinetto.
E un matin, prenque lou car, touto souletto, coumo uno grando. Ané a Zais per acampa uno troutarello.
Quand ague esplica i coumiso d'ou bazar qu'aquel outis ero per elo, e que contavo ben n'en faire si freto, fugue counvidado sus lou champ an'uno demonstracioun publico sus lou cous Mirabeu.
Pauro Ninie, n'en revengue outrado per la bestialita d'un agent de villo, que l'avie passablamen escalustrado per causo de la moulounotte de bedigas que s'eron acampa a soun entour, e que geinavon la circulacioun.
Vous demandi un pau!...

"A Z'ais l'ianarai jamais plus. An un gardo qu'es marit coumo la galo. Aqueu d'eisi es pas ensin."
Li gent disien :
"Ninie es uno simplo"
De segur qu'ero simplo. E coumo lou moundre li devie pareisse coumplica.
E piei, quand fugue vieio, ben vieio, malauteje un pau e leu leu, mourigue, senso brut, coumo uno cardarino.
"Laissez venir à moi les petits enfants".
A veses. Lou Creatour sabié ce que fasié en la metten sus terro. E se soun paradis en plen de gent coumo ello, ço deu estre uno miravilio de vieure au paradis.

Version Française
"Heureux les pauvres en esprit, le Royaume des Cieux leur est ouvert."
Et bien voyez-vous, dans ces paroles, même pour un bon chrétien, il y a bien de quoi vous remuer la bile.
Etre fainéant et pauvre, mais quoi de plus facile ? N'importe qui peut faire ca. Où est donc le mérite ? Car enfin, imaginez un peu celui qui a la bonne grâce d'arriver sur cette Terre avec les côtes en long, le caractère et la cervelle d'un oiseau, qui, de sa vie durant n'en fiche pas une miette, et passe le plus clair de son temps à voleter, à pépier ; bien certain avec ca, d'avoir la bonne place le jour du grand voyage, il laisse aux autres le soin de s'esquinter la travaillette et de se faire du mauvais sang.

Et toi, pauvre mesquin, que cela n'est pas dans ton caractère, eh bien, tiens-toi gaillard, et travaille bouffigue.
Ainsi un jour le Créateur mit sur terre une petite fille. On la baptisa Léonie. Et par erreur certainement, il lui donna l'esprit et l'âme d'une "cardarinette."

Pendant huit ou dix ans, personne ne s'en aperçut. Mais un chardonneret ça ne vient jamais bien gros. C'est en la voyant grandir que le Créateur découvrit son erreur. Alors un jour il vint, lui posa doucement une main sur la tête, et de cet instant là, Léonie ne grandit plus.
Cinquante ans plus tard, Ninie était devenue une petite vieille, mais une vieille pas comme les autres, puisqu'elle était encore une petite fille. Ses joues étaient restées roses et poupines, et ses beaux cheveux blonds étaient alors tout blancs, rares et vaporeux.
Toujours vive et coquette, Ninie ne s'habillait jamais de noir comme les vieilles de son époque.
Non, elle préférait aux robes tristes et sombres, les cotillons à fleurs, de quand elle était fille. Et puis de temps à autre, Ninie aimait enfiler une paire de bottines ; de longues bottines claires, avec une ribambelle de beaux boutons de nacre qui lui grimpaient dans les mollets. Ainsi vêtue elle s'en allait, alerte et sautillante comme un chardonneret.
Ninie vivait dans une jolie maison en contrebas de la grand'place des écoles. Sa maison, avec banquette et tonnelle, ouvrait sur un petit jardin muré de tous côtés.
Dans ce jardin Ninie passait le plus clair de son temps, sans jamais y donner le moindre coup de bêche. Elle n'y plantait rien et n'y arrachait rien. Ninie très attentive se contentait d'admirer les merveilles que dame Nature daignait lui prodiguer. Car à ses yeux, la plus humble fleurette, la moindre pâquerette, un modeste pissenlit, les quelques boutons d'or qui venaient à percer parmi les herbes folles, avaient autant de grâce, avaient autant de charme que la plus belle, que la plus noble des fleurs.

Quand, dans son jardinet, les coquelicots se répandaient Ninie était aux anges.
Chaque année, au mois de mai, la tonnelle devant la maison fleurissait. Elle se couvrait de fleurs d'un jour, de longues fleurs rouges, en forme de cornet qui ne duraient qu'un soleil.
Lorsque sa treille fleurissait, elle s'empressait de cueillir quelques fleurs pour aller les distribuer une à une dans les maisons aux alentours.
Un jour quelqu'un lui dit :
"Mais Ninie, tes fleurs si tu en faisais un bouquet, cela serait mieux présentable."
"Oh ! Bien sûr, tu as sans doute raison. Mais vois-tu, si je faisais un bouquet, je n'offrirais des fleurs qu'à une seule personne, et je ferais des envieux. Tandis que comme cela, il y en a pour tout le monde. C'est mieux comme ça."
Et Ninie venait à la maison vous offrir une fleur, tout plein de mots gentils et des tas de sourires.
Une fois sa tournée terminée, elle portait sa dernière fleur, une fleur toute abîmée, qui n'avait pas de queue et perdait ses pétales, à sa voisine Zoé qu'elle n'aimait pas du tout parce qu'elle avait souvent des paroles acides.
Toute seule dans sa petites maison, Ninie était très pauvre. C'est à se demander de quoi elle vivait. Oh ! de pas grand chose bien sûr. Mais un chardonneret, qu'est ce qu'il lui faut pour vivre ?
Toujours pleine d'idées, elle éclairait sa maison avec une seule bougie au milieu de la table. Quelques miroirs savamment disposés tout autour de la pièce, se renvoyaient l'image de vingt, trente bougies. Mis à part la lumière, cela faisait très gai, et la joie de Ninie touchait presque à l'extase chaque fois qu'un visiteur semblait s'en étonner.
L'hiver elle allumait sa cheminée, avec quelques brindilles et des feuilles de platane, qu'elle glanait sur le Cours.
Au côté de sa cheminée, il y avait en permanence quelques morceaux de bois qu'elle ne brûlait jamais.
"Ce bois voyez-vous, je le garde parce que c'était mon Père qui me l'avait coupé".

Alors au coin de sa cheminée, bien rangées dans une caisse il y avait, quelques bûches qu'elle époussetait de temps à autre, et qui étaient là depuis vingt et trente ans ; pieux souvenir.
Econome et pratique, elle fabriquait ses tabliers dans la toile de vieux parapluies, qu'elle récoltait à droite et à gauche. Toute fière de sa trouvaille, Ninie vous disait avec quelque malice en montrant son tablier qu'elle lustrait de la main:
"Là au moins, voyez-vous, l'eau ne passera pas. "
Et puis lorsque ses robes, qu'elle trainait depuis bien des années, baillaient d'un peu partout, Ninie ne se démontait pas, elle s'affublait alors d'un tablier par devant, d'un autre par derrière. Ceci cache cela, et le tout lui allait, ma belle Comme ça!..
Les jours de classe, en attendant que le portail de la cour soit ouvert, les enfants qui allaient à l'école jouaient sur la place au-dessus de sa maison.
Ninie quelques fois, était là pour assister ou participer à leurs jeux. Mais pauvrette, bien souvent elle n'était que leur souffre-douleur. L'enfance et son état de grâce font partie de ces choses qui ne se partagent pas.
Aussi un jour de printemps, un jour de mars le capricieux, alors que le mistral poursuivait dans le ciel, quelques gros flots de laine blanche, Ninie était assise dans son jardin, bien à l'abri du mur, en contrebas de la place, et là, installée au soleil, elle feuilletait un livre d'images.
La voyant si paisible un méchant garnement, un tout petit marmot, guère plus gros qu'un écureuil, eut l'idée merveilleuse de lui pisser sur la tête, par dessus la banquette, et au travers du grillage, qui, comme une pomme d'arrosoir, diffusait une petite pluie fine.

Ils étaient cinq ou six à se pointer le nez, par- dessus la balustrade, pour juger de l'effet. Et ce jour là, ils ne furent pas déçus par la déclaration de Ninie ; une déclaration bien sûr, comme seule Ninie était capable de faire.
Elle jeta un regard étonné dans ce grand ciel tout bleu, puis elle dit tout haut :

"Eh bien cette année le mois de mars nous fait encore des siennes. Aujourd'hui il pleut sans nuage".
Ninie aimait beaucoup jouer à la marelle, elle y aurait joué jusqu'à la fin des temps, si un jour, une petite peste avec cette méchanceté innocente de son àge, lui avait rageusement pincé les fesses en lui disant d'un ton courroucé :
"Non ! Toi on ne te veut plus, tu es trop vieille !"
Trop vieille, Ninie ? Mais jamais de la vie. Lorsqu'il faut penser qu'elle devait avoir près de soixante ans, le jour où elle eut envie, mais une envie démente de s'acheter une trottinette.
Et un matin, Ninie prit l'autocar, toute seule, comme une grande, pour s'en aller à Aix chercher une trottinette.
Lorsqu'elle eut expliqué aux commises du bazar que ce jouet était pour elle, et qu'elle comptait bien en faire ses dimanches, Ninie fut conviée sur-le-champ à une démonstration publique sur le Cours Mirabeau.
Pauvre Ninie !... Elle en revint outrée par la bestialité d'un agent de ville, qui l'avait passablement malmenée à cause de l'attroupement de badauds hilares qui assistaient à ses ébats, et qui gênaient la circulation.
Je vous demande un peu...
Ninie était navrée.
"A Aix, voyez-vous, je n'irai jamais plus. Ils ont un garde qui est méchant comme une gale. Celui d'ici, il n'est pas comme ça."
Les gens disaient :
"Ninie c'est une simple"
Bien sûr qu'elle était simple. Et comme le Monde devait lui paraître compliqué !.

Et puis, lorsqu'elle fut vieille, vieille, très vieille un jour Ninie mourut ; sans bruit, tout doucement comme un chardonneret.
"Laissez venir à moi les petits enfants"
Ah ! Voyez-vous, le Créateur savait ce qu'il faisait en la mettant sur Terre. Et si son Paradis est plein de gens comme elle, ce doit être merveilleux de vivre au Paradis.

FIN