Pour lire correctement le provençal, il est indispensable de savoir sur quelle syllabe du mot porte l'élévation de la voix (accent tonique).
Voici les deux règles dont l'application permettra de lire un grand nombre de mots.

L'accent tonique porte sur la dernière syllabe des mots terminés par:

"a, i, u"

amusa (amuser) - galeja (plaisanter) - chapouta (découper) - gari (guérir) - reveni (revenir)
agari (attaquer) - benesi (bénir) - galaru (goulu) - lavadou (lavoir)

"é, è, "

de (devoir) - menusié (menusier) - jardinié (jardinier) - dava (descendit) - s'amu (s'amusa)
acr (accroc) - ec (écho) - carac (caraco) - Jeric (Jericho)

"une consonne"

gigot (gigot) - eros (héros) - paligot (pieu) - agnelet (petit agneau) - lapinot (petit lapin)

L'accent tonique porte sur l'avant dernière syllabe des mots terminés par:

"e, o"

vilage (village) - alume (j'allume) - pese (je pèse ou petit pois) - recitave (je récitais) - chato (fille)
sacocho (sacoche) - caraco (gitane, différent du mot carac précédent à cause de l'accent)
lapino (lapine, à ne pas confondre avec lapinot cité au dessus) - boui-abaisso (bouillabaisse)

"i et s'il y a une voyelle accentuée dans l'avant dernière syllabe"

prri (poireau) - nouri (notaire) - carrbi (carroubier) - tuti (tous) - secreri (secrétaire)

Il existe un seul mot qui suit la règle précitée, c'est le mot su (Jésus)